Olivier Marboeuf is an author, critic, and independent curator. He has been the director of the Espace Khiasma since 2004.Olivier Marboeuf is an author, critic, and independent curator. He has been the director of the Espace Khiasma since 2004.
▼ Mois
▼ Auteur-s
▼ Programme
▼ Catégorie
 

[Paris • France]

 

Le premier ouvrage du collectif « Décoloniser les arts » paraît chez l’Arche Editeur. Pour cette soirée de lancement, de lectures et de débats, seront présentes Françoise Vergès, Gerty Dambury, Leïla Cukierman qui ont dirigé l’ouvrage et signé les textes théoriques. Mais aussi la plupart des artistes qui y ont contribué : Marine Bachelot Nguyen, Rébecca Chaillon, Eva Doumbia, Daïa Durimel, Amandine Gay, Mohamed Guellati, Karima El Kharraze, Jalil Leclaire, D’ de Kabal, Pascale Obolo et Sandra Sainte Rose Fanchine.

 

Tou.tes ces artistes (avec également Kader Attia, Myriam Dao, Hassane Kassi Kouyaté, Olivier Marboeuf) décrivent leur pratique dans sa dimension décoloniale, parlent des processus de racisation et de la manière dont la décolonisation des arts permet de dénationaliser, déracialiser et désoccidentaliser l’idéologie occidentale de l’universel.

Enregistré par l'équipe de la Colonie le 26 septembre 2018.
Mixage : Simon Marini

[Paris • France]

 

Le premier ouvrage du collectif « Décoloniser les arts » paraît chez l’Arche Editeur. Pour cette soirée de lancement, de lectures et de débats, seront présentes Françoise Vergès, Gerty Dambury, Leïla Cukierman qui ont dirigé l’ouvrage et signé les textes théoriques. Mais aussi la plupart des artistes qui y ont contribué : Marine Bachelot Nguyen, Rébecca Chaillon, Eva Doumbia, Daïa Durimel, Amandine Gay, Mohamed Guellati, Karima El Kharraze, Jalil Leclaire, D’ de Kabal, Pascale Obolo et Sandra Sainte Rose Fanchine.

 

Tou.tes ces artistes (avec également Kader Attia, Myriam Dao, Hassane Kassi Kouyaté, Olivier Marboeuf) décrivent leur pratique dans sa dimension décoloniale, parlent des processus de racisation et de la manière dont la décolonisation des arts permet de dénationaliser, déracialiser et désoccidentaliser l’idéologie occidentale de l’universel.

Enregistré par l'équipe de la Colonie le 26 septembre 2018.
Mixage : Simon Marini

[Paris 10e • France]

 

Escaping, hiding, fighting from the shadows: Opacity, transmission and toxicity

 

Conversation with Bonaventure Son Bejeng Ndikung about the talks holded by Jepthé Carmil, Nadia Yala Kisukidi, Nadir Khanfour and Olivier Marboeuf.

 

More informations on Black Lens

Transcriptions :
Français

Recorded on the 29th March 2018 at La Colonie.
Concept : Filipa César, Louis Henderson & Olivier Marboeuf
Production : Khiasma in collaboration with Archive Kabinett (Berlin) & Spectre Productions
« Black Lens » is an associated programme of Cinéma du Réel Film Festival at Centre Pompidou.
With the support of the PERSPEKTIVE fund for contemporary art and architecture (an initiative of the Institut français’s Bureau des arts plastiques, supported by the French Ministry of Culture and the Goethe Institut) and Fluxus Art Projects.

Black Lens | Creating safe places, hiding oneself in the light

[Paris 10e • France]

 

The safe places that we are going to talk about, maybe to undo and reform them over and over again, are inscribed somewhere. They are demonstrative from somewhere, but this inscription does not mean anything in terms of their permanence, they are not solid and do not always exist with the same intensity. They need to be brought up. These are presences, which are to be summoned “under certain conditions”. And it is perhaps these very conditions that we have been seeking, that we are seeking and that we will be seeking throughout these conversation, navigating from the light to the shadows, from words to that which escapes words, from forgotten images to our way of bringing them back. Unless they have come back themselves and archived themselves within our bodies. The subject matter is vast and during the seminar we will be considering the question of the different possible regimes of visibility and invisibility, to learn to “hide oneself in the light”. Or, to put it another way, the safe places that we are interested in are not utopias, they are not outside the realms of the world we live in and even share a part of its toxicity, in as much as they take their share of a common and at times painful history.

 

As we needed to find a starting point to draw out the struggle as well as places to live, we have chosen a several narratives because, throughout the two days, we will be dealing with manners of telling and making appear, of giving form or maybe contours to certain situations, of making cinemas, and out of these cinemas, forces that engage. Because we don’t want these narratives to be told by one voice only, we have chosen to get away from the “figure” and instead concentrate on the “scene” as a space of multitude, of polyphony, of indissociable bodies who know and produces possible places that flee from day.

 

More informations on Black Lens

Recorded on the 29th March 2018 at La Colonie.
Concept : Filipa César, Louis Henderson & Olivier Marboeuf
Production : Khiasma in collaboration with Archive Kabinett (Berlin) & Spectre Productions
« Black Lens » is an associated programme of Cinéma du Réel Film Festival at Centre Pompidou.
With the support of the PERSPEKTIVE fund for contemporary art and architecture (an initiative of the Institut français’s Bureau des arts plastiques, supported by the French Ministry of Culture and the Goethe Institut) and Fluxus Art Projects.

[Paris 10e • France]

 

On the occasion of the exhibition by artists Filipa César and Louis Henderson, «Op-Film: An Archaeology of Optics» at Espace Khiasma (29th March — 28th April in Les Lilas, on the outskirts of Paris), Khiasma presented Black Lens, a two-day experimental seminar at La Colonie (Paris) on 29th-30th March, associating a series of screenings, audiovisual performances and conversations by artists and theorists from France, Germany, the UK and Portugal.

 

Black Lens unfolds as one long conversation ongoing over two days — an open work space to share forms and research interrogating the conditions of invention of safe spaces through gesture and narrative, code and body. Following on from the exhibition Op-Film: An Archaeology of Optics, Black Lens attempted to trace, within technologies of sight, the contours of minority ecologies, forms of life and of knowledge transmission. From humus to ocean, algorithm to creole, from surface to depth — where are new zones of conflict drawn out and where do they crystallize? Where can the voices we need to struggle with be written out and woven?

 

With : Erika Balsom, Zach Blas, Christa Blümlinger, Jephthé Carmil, The Otolith Group (Kodwo Eshun & Anjalika Sagar), Denise Ferreira da Silva, Ciarán Finlayson, Ayesha Hameed, Onyeka Igwe, Nadia Yala Kisukidi, Nadir Khanfour, Margarida Mendes, Olivier Marboeuf, Bonaventure Soh Bejeng Ndikung, Arjuna Neuman, Rachel O’Reilly, Lorenzo Pezzani & Charles Heller, Ruth Wilson Gilmore

Concept : Filipa César, Louis Henderson & Olivier Marboeuf
Production : Khiasma in collaboration with Archive Kabinett (Berlin) & Spectre Productions
« Black Lens » is an associated programme of Cinéma du Réel Film Festival at Centre Pompidou.
With the support of the PERSPEKTIVE fund for contemporary art and architecture (an initiative of the Institut français’s Bureau des arts plastiques, supported by the French Ministry of Culture and the Goethe Institut) and Fluxus Art Projects.

[Les Lilas • France]

 

As part of an invitation from Université Paris 1 – Ecole des arts de la Sorbonne, l’Espace Khiasma had the pleasure of hosting the American anthropologue and theorist Elizabeth Povinelli, for an evening of discussion about recent films from the  Karrabing Film Collective.

Povinelli has been developing a collaboration with an indigenous community from North Australia, who have been at the root of her most ambitious research, for a number of years. Together with the Karrabing Film Collective, they have invented a unique and eccentric cinematographic space, playing skillfully with satire, foiling the officiel History and laws of the Australian state, so as to defend their identity and claim their rights and the power of their imagination.

 

Throughout the course of the evening, in which two films had been screened- Wutharr, Saltwater Dreams (2016, 28:53)  The Jealous One (2017, 29:17) and  the collective’s most recent opus, Night Time Go, will be evoked, Elizabeth Povinelli has been in conversation with Louis Henderson and Olivier Marboeuf discussing collective practices used in cinema, issues surrounding transmission and invention of new systems of Historical narrative based on the experiences and languages of minorities.

[Les Lilas • France]

 

For her first Lundi de Phantom at Espace Khiasma, artist and cineaste Alex Reynolds, in conversation with the curator Anna Manubens, traced the paths that lead her to her most recent film pieces: Ver NieveEsta puerta and esta ventana… to the writing of her first feature-length film Eiqui Chegan Os Meus Amores. Together they discussed cinema as a space to inhabit, fiction as a strategy of power, story telling as a means of survival, the multiple negotiations of memory and the affects in the sharing of space. To sum up, the house will be a multi-bodied spoken story.

Entretien avec Marimane Mari : Le fort des fous

[Paris • France]

 

Entretien de Marimane Mari, avec par Olivier Marboeuf, autour de son film Le fort des fous présenté dans le cadre des séances Phantom au MK2 Beaubourg.

 

« Au départ, des Archives des premières expéditions scientifiques coloniales et des campagnes d’apprivoisement menées par les colonisateurs français, l’histoire explore l’héritage du pouvoir et de la domination. Les reconstitutions, les improvisations et les entretiens réalisés avec les habitants d’Alger, Kythira Island et la communauté de Prosfygika à Athènes, réactivent les mémoires comme des stratégies de résistance. » 

 

Inscrits sur les scènes de l’art contemporain et du cinéma émergent, les films qui composent Les Séances Phantom bousculent le vocabulaire et déplacent les frontières du cinéma documentaire. Ce programme récurrent – au MK2 Beaubourg à Paris, à l’Espace Khiasma aux Lilas et dans des cinémas et lieux intermédiaire en région – est l’occasion de donner une visibilité, au-delà des festivals et des biennales, à ces nouvelles écritures qui placent la voix au cœur d’un cinéma de l’inconscient collectif. Chaque projection est suivie d’un échange avec les réalisateurs, modéré par Olivier Marboeuf.

 

 

 

Enregistrement : Guillaume Mahé
Montage et mixage : Esther Poryles

[Paris • France]

 

A l’occasion du Black(s) to the Future – FESTIVAL #2, nous avons tenté d’explorer ce que peut bien vouloir dire, et sur quelle(s) base(s), aujourd’hui en France et à Paris, « faire communauté ». 

 

Génération née de l’utopie « BLACK BLANC BEUR », une figure et un espace se sont alors dessinés, celles du lascar et de la jungle. « Urbaine ou primaire, zone de rejet et fantastique canopée, la jungle est un espace à partir duquel le statut de l’homme et ses modes d’existences sont invariablement remis en cause : figure sauvage ou conquérante, migrant ou résident, avatar marginal… Le lascar serait lors de ceux qui ont traversé la mer pour n’échouer aujourd’hui qu’en un sens bruyamment péjoratif. Mais si nous lui redonnions la valeur de sa propre définition – soldat, mercenaire, matelot, tapageur… -, ne retrouverait-il pas la capacité d’évoluer et de façonner un domaine qui fut toujours et d’instinct, le sien ? »

avec : Nadia Yala Kisukidi, Olivier Marboeuf + Nadir Khanfour // blackstothefuture.com

[Les Lilas • France]

 

Pour le 30ème Lundi de Phantom, João Vieira Torres nous emmène sur les traces d’Aurora, sa grand-mère disparue, sage-femme et guérisseuse pendant plus de quarante ans dans le Sertão profond du Nordeste brésilien.

 

Hanté par des apparitions et des voix, son personnage, devenu lui-même un fantôme après son exil en Europe, décide de revenir dans cette région désertique où l’évangélisme gagne du terrain. Lors de ce parcours initiatique où il ne sait ce qu’il cherche, il fera de nombreuses rencontres et chacun souhaitera lui transmettre des histoires, souvent tragiques, de femmes disparues. Il devra transporter malgré lui ce terrible héritage jusqu’à une destination mystérieuse.

 

La figure d’Aurora planait déjà sur le précédent film de João Vieira Torres, « Les enfants fantômes ». Il poursuit avec « Aurora » une écriture qui glisse du documentaire à la fiction.

João Vieira Torres est né à Recife, Brésil, en 1981. Il vit et travaille depuis 2002 à Paris. Sa pratique inclut la photographie, le cinéma, l’art vidéo et la performance et s’intéresse à la difficulté à de trouver un ancrage, qu’il soit territorial, identitaire ou corporel.

La pédagogie institutionnelle dans le contexte artistique 2/2

[Noisy-le-sec • France]

 

Quels sont les usages sociaux de l’art ? En quoi la pédagogie institutionnelle peut-elle trouver des échos dans le champ artistique et dans la médiation au sens large ? Quels rôles pour les centres d’art dans les champs politique et social ? L’exposition est-elle un médium pertinent pour travailler avec les publics à l’échelle locale ? Comment rendre compte d’une expérience sans la trahir à travers sa restitution ? Avec qui et comment partager ces expériences au long cours ? Comment les centres d’art travaillent-ils avec des communautés spécifiques sur leurs territoires ?

 

Une discussion avec Avec l’artiste Achim Lengerer, Janine Halka et Suza Husse (District, Berlin), Anna Manubens (CAPC, Bordeaux), la curatrice Vanessa Desclaux, Olivier Marboeuf (Khiasma, Les Lilas), l’artiste Hélène Deléan et l’équipe de La Galerie.

Enregistré le 29 septembre par Simon Marini à la Galerie. Mixé par Victor Donati.

[Les Lilas • France]

 

Le projet Répertoires animés mené en collaboration avec le Mundaneum de Mons se confronte en particulier à l’archive et au document comme matières premières d’une recherche autour du réagencement performatif de l’image et de la mémoire. Cela fait un certain temps que le projet visionnaire du Mundaneum de Paul Otlet – bibliographe et collectionneur visionnaire du 20e siècle – a été réinscrit dans l’histoire comme antécédent d’internet, réinvesti du titre de « google ante-litteram ». Cependant, la vision d’un centre de documentation universel éducatif et social, accessible à tous sans élitisme intellectuel, technologique ou social, capable de tisser des liens évolutifs, toujours en voie de construction, entre des ressources hétérogènes, constituant ainsi « un véritable cerveau mécanique et collectif », nous semble préconiser et ouvrir des possibles bien plus larges et prometteurs que la simple préfiguration d’un moteur de recherche et de son quasi-monopole de l’internet aujourd’hui.

 

Du 6 au 10 novembre, l’ARG a été en résidence à Khiasma et a travaillé une proposition d’installation dans l’espace de ses recherches, sous la forme d’une « constellation mouvante » de différents éléments, dont l’agencement et la dramaturgie ont évolué jour après jour : performances et projections de films de certains des membres et d’auteurs invités ; exposition de traces du projet Répertoires animés et création sur place de nouveaux processus de travail ; conversations avec des intervenants extérieurs ; etc. Cette est la restitution de cette résidence.

L'enregistrement a été réalisé le 10 novembre à l'espace Khiasma part Esther Porylès. Le mixage a était réalisé par Victor Donati.

[Les Lilas • France]

 

« C’est une proposition que l’on fait pour la rencontre d’aujourd’hui, à Khiasma, ce 7 octobre, en écho à la démarche amorcée ici-même en avril, lors du workshop EVOL qui était un atelier d’une semaine, ici, avec différents collectifs dont la plupart sont à nouveau présents aujourd’hui.

La radio un très bon moyen de donner un support réflexif à la construction des situations relationnelles, de façon plus sensible que d’habitude, puisque son dispositif donne une matérialité à la construction des situations relationnelles et permet justement de défaire les genres de l’intervention et de passer à des registres de parole très différents les uns des autres : la conférence, l’entretien, le récit, etc. Et de là, comment on peut faire varier tous ces genres et modifier les situations relationnelles pour arriver à quelque chose qui prend d’autres sens politiques que ceux auxquels on a affaire tout le temps. »

 

Avec Sophia Djitli, performeuse et poétesse, Yasmina Kebbab, doctorante d’anthropologie et militante, Olivier Marboeuf, performer, curateur, producteur, et Béatrice Rettig, artiste et militante.

 

Au cœur du festival RELECURES, la Nuit Blanche a pris la forme d’une occupation de 24 heures de l’Espace Khiasma du samedi 7 ou dimanche 8 octobre, de midi à midi, en compagnie du collectif π-node et de nombreux invités qui ont peuplé de performances, lectures, conversations et lives, un voyage sur les ondes radio hertziennes du proche au lointain.
 

Ce temps fort a accordé différentes propositions à l’Espace Khiasma, mais aussi dans ses alentours à partir de radio mobiles hertziennes conçues par π-node : des dérives psycho-géographiques locales, des conversations et des performances associant des questions post-coloniales, de genre, de formes de vie minoritaires et des propositions live attachées à la parole, la radio et la matérialité du son.

Lectures de « Miettes » et de « Elle regarde passer les gens »

Deux orfèvres du fragment, deux livres rares des Editions Verticales. Deux manières de découper le temps, de fabriquer de l’Histoire et des histoires, de l’anonyme et du commun, l’imaginaire d’une époque.
Lectures suivies d’une conversation avec Olivier Marboeuf.

 

Miettes de Philippe Artières
«Relire trente-cinq ans après leur parution les petites annonces de «Sandwich» – l’éphémère supplément de Libération –, y chercher les miettes de l’année 1980, c’est ce que j’ai entrepris de faire, ciseaux à la main. Découper une colonne, fureter dans une double page, éplucher de bout en bout une rubrique ou procéder par collages subjectifs. Autant d’expériences de lecture qui ont fait naître ce recueil protéiforme. Aux petites annonces s’ajoutent des bulletins météo ou des relevés sismiques de la même période. À travers ces événements de faible intensité, je fais le pari rêveur de revisiter un segment de notre histoire si proche et si lointaine. En captant le grain le plus fin de ce qui s’est passé et qui toujours échappe. En enregistrant ce petit rien qui fait pourtant l’épaisseur de nos vies.»

 

Elle regarde passer les gens d’Anne-James Chaton
«Elle reproche aux habitants de l’immeuble de l’espionner. Elle révèle des matières. Elle fait surgir des formes. Elle façonne des idées. Elle se fait tout voler. […] Elle doit fuir. Elle retournera à Paris. Elle y a des amis. Elle part pour la Suisse. Elle est arrêtée à la frontière. Elle n’a pas de papiers. […] Elle est de retour à New York. Elle danse. Elle parle. Elle choque. Elle a dû écourter son programme. Elle fait le bilan. Elle a perdu beaucoup d’argent. […] Elle soupçonne quelque chose. Elle ne lui fait pas confiance. Elle se méfie de cette Mary. Elle tourne autour de John. Elle lui plaît. Elle n’est pas la seule.»

Derrière ce «Elle» à identités multiples se cachent treize destins de femmes ayant marqué l’imaginaire du XXe siècle. Les vies de ces célébrités anonymes, saisies au plus près de leur quotidien, se chevauchent en une biographie sans temps mort qui réinvente l’épopée de notre modernité.

[Les Lilas • France]

 

Au cœur de l’été, Khiasma perdait l’un de ses plus précieux alliés, une voix chaleureuse mais sans concession, une pensée joyeuse et sauvage. Jean-Paul Curnier a cessé de penser dans la lisière et de tirer des flèches en plein cœur.
Lors de sa résidence d’écriture à Khiasma en 2014 où il s’amusait à voyager aux origines diverses de la démocratie, saluant l’organisation anarchiste des pirates et la sauvagerie américaine, renvoyant au passage les Grecs à leurs contradictions, il avait éclairé des sentiers rarement débattus. Tout cela en musique, comme il se doit.

Impossible de penser lui rendre hommage aujourd’hui sans une belle table agrémentée de rhum et d’une humeur de fête. Durant cette soirée, des voix amies traversaient des textes, histoires, aventures et musiques qu’il a peuplé de sa présence si particulière.  Parmi elles : Christophe Fiat, Gaëlle Obliegly, Alphonse Clarou, Marine Baudrillard, Laurent Malone, Alexis Forestier, Olivier Marboeuf, Jean-Pierre Ostende…

La littérature hors livre : périphérique ou centrale ? 

[Paris • France]

 

Émission du 7 septembre : « La littérature hors livre : périphérie ou centrale ». 

Avec : Claire Finch, Olivier Marboeuf, collectif chôSe, Antoine Pietrobelli, Elom 20ce, Thomas Clerc

 

Pendant le festival Extra !, Radio Brouhaha a installé son antenne au Centre Pompidou pour une série de trois émissions littéraires qui ont posé des questions aussi immodestes que : au fait, c’est quoi la littérature en dehors du livre ? et qu’est-ce qu’une expérience littéraire ? est-ce qu’on peut y jouer à plusieurs ? et d’ailleurs où s’arrête la littérature ? où commence-t-elle ? qu’est-ce qu’elle n’est pas ? qu’est-ce qu’elle a été ? où la trouve-t-on ? et depuis quand ? et jusqu’à quand ? 

Ces questions nous les avons posé trois soirs durant à des artistes, des écrivain-es, des performers, des chercheurs, en collaboration avec des étudiant-es du master création littéraire de l’Université Paris 8, dont « Radio Brouhaha » est une émanation. 

Enregistrement réalisé au Centre Pompidou le 10 septembre 2017 dans le cadre du festival Extra! par Simon Marini et Kieran Jessel. Cette archive est extraite de la première diffusion live de la r22 Tout-monde. Le mixage a été assuré par Esther Porylès.

[Les Lilas • France]

 

The Centre audiovisuel Simone de Beauvoir and its research group Travelling féministe, together with Espace Khiasma, are jointly organising a seminar on the dialogue, controversy and complex relations between Stuart Hall’s work, British cultural studies and transnational feminism over the last 30 years. The seminar will have the privilege to host filmmakers John Akomfrah and Lina Gopaul, founding members of the Black Audio Film Collective. John Akomfrah’s recent film, The Stuart Hall Project (2013), will be screened the evening preceding the seminar at MK2 Beaubourg cinema, thereby introducing several of the topics that will be at the heart of the discussion itself.The Centre audiovisuel Simone de Beauvoir and its research group Travelling féministe, together with Espace Khiasma, are jointly organising a seminar on the dialogue, controversy and complex relations between Stuart Hall’s work, British cultural studies and transnational feminism over the last 30 years. The seminar will have the privilege to host filmmakers John Akomfrah and Lina Gopaul, founding members of the Black Audio Film Collective. John Akomfrah’s recent film, The Stuart Hall Project (2013), will be screened the evening preceding the seminar at MK2 Beaubourg cinema, thereby introducing several of the topics that will be at the heart of the discussion itself.

 

Despite cultural studies’ analyses of how power is exercised through culture in general, the predominantly male scholars of the Birmingham School were hostile towards feminist critiques in the 1970s, a few years after the School had been established – so much so that feminists termed the topics that the Centre worked on as “boyzone”. At the same time, too few feminist movements attempted to articulate together the situations of white and racialised women. Their chief demands often universalised the social conditions of white middle-class women.

 

We would like to invite a small group of contemporary thinkers to build a conversation on the complex relations and mutual influences that transnational feminism and interdisciplinary Cultural Studies have held, especially within the research carried out by Stuart Hall and his colleagues from the mid-1960s onwards. How have Western and transnational feminists within cultural studies negotiated boundaries constructed by racialisation and the hegemony of whiteness? How has the work of Stuart Hall – who quickly became a significant intellectual reference for many of the British black arts movement’s artists and filmmakers in the 1980s and 90s – been read in relation to the concept of intersectionality that provides the foundation for decentring normative feminisms and challenging the white male as the normative subject of Western imagination? What strategies can be found, within the transversal practices of collectives bringing together artists, activists and academics in the 1980s black arts movement, to resist individualising tendencies within contemporary art and find the inspiration to build future alliances?

 

Recorded at Espace Khiasma, 10th June 2016.
Mixed by Esther Porylès

Production: Khiasma, Centre Simone de Beauvoir (Travelling féministe), with the support of INHA.

Proposed by Nataša Petrešin-Bachelez, in collaboration with Lotte Arndt and Olivier Marboeuf.
With John Akomfrah and Lina Gopaul (filmmakers and producers / Smoking Dogs), Elsa Dorlin (researcher and professor, Paris 8), Nana Adusei-Poku (researcher and professor at Rotterdam University), Jamika Ajalon (artist, musician, poet), Sophie Orlando (researcher, Black Artists and Modernism laboratory, Chelsea/Middlesex University), Françoise Vergès (Global South(s) chair at the Collège d’études mondiales, FMSH, Paris), Lotte Arndt (theorician and professor at the École Supérieure d’Art et Design de Valence) and Sonia Khurana (artist).

Discussions moderated by Nataša Petrešin-Bachelez (curator and writer for l’Internationale online), Lotte Arndt, Olivier Marboeuf and Giovanna Zapperi (art historian, professor at the école nationale supérieure d’Art de Bourges).

[Les Lilas • France]

 

L’exposition Kinesis accueillera la première des Black Code Sessions, une série de rencontres qui vise à déplier les questions qu’ouvrent le film Black Code/Code Noir, de Louis Henderson, afin d’en assembler de nouvelles versions. Réalisé dans l’urgence en 2015, Black Code/Code Noir est un ciné-tract assemblé en réaction à la mort de deux jeunes afro-américains, Michael Brown et Kajieme Powell, tués par la police. Dans une démarche archéologique, le film concentre de nombreux fragments de récits issus des profondeurs d’Internet pour saisir les origines complexes de ces tragédies. Arguant que derrière ce présent se cache une histoire sédimentée de l’esclavage conservée par les lois françaises du Code Noir et celles américaines dites des Black Codes, écrites au XVIIème siècle, le film suppose que ces codes se sont transformés en algorithmes qui guident les analyses des banques de données de la police et président aujourd’hui au contrôle nécropolitique des afro-américains. Dans un détournement historique vers un passé-futur, ce projet s’intéresse aux origines animistes de la révolution haïtienne comme symbole d’un futur possible. Si le Code Noir était la forme originelle de la gouvernance algorithmique alors la révolution haïtienne fut la première occurrence de son hacking. Aujourd’hui encore ne serait-elle pas un imaginaire capable de déconstruire ce code en le piratant ?

 

Rassemblés pour cette Black Code Session, les participants – chercheurs, artistes, cinéastes, activistes et étudiants – se réuniront à huis clos une journée durant pour mettre le film en débat et proposer de le modifier et l’étendre. Au lendemain de cette discussion, lors d’une grande soirée de restitution organisée à Khiasma, chacun des invités est amené à intervenir pour présenter l’aboutissement de ce processus collaboratif et le rouvrir au dialogue avec le public.   Au terme de cette première session participative et de l’exposition Kinesis, une nouvelle version étendue de Black Code/Code Noir sera réalisée et présentée au public lors du finissage de l’exposition, samedi 2 juillet. Elle sera la base des sessions suivantes, qui auront lieu ces prochains mois dans d’autres lieux en France comme à l’étranger.

Mixage : Esther Porylès

Avec Erik Bullot (cinéaste et enseignant), Jephthé Carmil (Doctorant à l’université Paris-Diderot, travaille sur les liens
entre iconographie postcoloniale et art contemporain), Pascale Obolo (cinéaste, performeuse et rédactrice en chef de
la revue Afrikadaa), Karine Lebrun (Artiste et professeure « internet, numérique et documents » à l’École Européenne
Supérieure d’Art de Bretagne), Olivier Hadouchi (historien du cinéma et programmateur de films, auteur d’une thèse
en 2012 intitulée « Le cinéma dans les luttes de libération : genèses, initiatives pratiques et inventions formelles autour
de la Tricontinentale (1966-1975) »), Graeme Thomson & Silvia Maglioni (cinéastes), Sophie Wahnich (Historienne,
spécialiste de la Révolution française, membre du comité de rédaction de la revue Vacarme), Louis Henderson (cinéaste)
et Olivier Marboeuf (auteur, curateur, performeur et directeur de l’Espace Khiasma).
Les Black Code Sessions sont organisées avec le soutien du Dicréam

«La Peau Vive» : Entretien avec Frédéric Nauczyciel

[Saint-Denis • France]

 

Dans l’espace de l’exposition La Peau vive de Frédéric Nauczyciel, présentée dans la chapelle du Musée d’art et d’histoire de Saint-Denis dans le cadre du programme Chapelle Vidéo, Olivier Marboeuf s’entretient longuement avec l’artiste sur ce projet, aboutissement de plusieurs années de travail à Baltimore et en Seine-Saint-Denis et de collaborations avec les communautés noire et transgenre de ces deux territoires et des artistes engagés dans les pratiques performatives. Un projet qui redéploie les thèmes et formes du travail de Frédéric Nauczyciel, alors qu’il propose à ses complices de filmer eux-mêmes leurs tatouages, leurs scarifications, leur peau, et ce faisant, d’échantillonner une partie de leur histoire.

 

FRÉDÉRIC NAUCZYCIEL // LA PEAU VIVE // DU 23.03.2017 AU 29.05.2017

La peau est ce qui nous sépare et nous protège de la ville. Sa plasticité – sa fermeté et sa souplesse – évoque une manière d’être dans la ville, un état toujours changeant, fluide, jamais figé. En réponse à l’invitation de Chapelle Vidéo, programme d’art vidéo du Département de Seine-Saint-Denis, Frédéric Nauczyciel investit la chapelle du musée d’Art et d’Histoire de Saint-Denis et présente La Peau vive, une installation qui invite des performers et le public à s’emparer de l’espace muséal, qui mixe chorégraphies, récits de vie, mises en abime de l’image de soi. Disséminés dans la chapelle de l’ancien carmel, huit et un écrans -le neuvième, central, de 6 m de large – composent un rythme propre, construisant un musée intime éphémère où l’histoire de corps affleure à même la peau comme les êtres affleurent à la surface de la ville.

Frédéric Nauczyciel est un artiste visuel français qui travaille entre la France et les Etats-Unis. Nourri par la danse et le cinéma, il réalise des photographies, des films et des installations. Il fait appel à l’expérience de la performance pour produire des « images vivantes ». Son œuvre aborde l’expérience physique de la ville, la traversée du centre à la périphérie, les variations entre le masculin et le féminin, ou encore l’image de soi et de l’autre. Il transpose dans le lieu de l’art des langues performatives, telles que portées par le Voguing* les Marching Band ou la langue des signes. Ce faisant, il réinvestit les clivages entre culture savante et culture populaire, il souligne la sophistication des expressions urbaines, révèle leur portée politique. Ses productions sont présentées en France (Mac/Val Vitry, Musée de la Chasse à Paris, Rencontres Internationales de Photographie d’Arles, aux Rencontres Internationales Paris / Berlin, Centre Pompidou Paris) et aux Etats-Unis (FotoFest Intenational Houston, Julie Menerret Contemporary New York). Il figure dans la collection du Fonds National d’Art Contemporain (Public # Ceux qui nous regardent, Le temps devant et The Fire Flies, Baltimore) et dans la Collection départementale d’art contemporain de la Seine-Saint-Denis (A Baroque Ball). En 2017, il est accompagné par l’Espace Khiasma et est artiste associé à la Cité Internationale des Arts à Paris.

Que reste-t-il lorsque l’on n’a que soi-même à offrir, son corps dans la ville, alors que c’est cette ville qui l’a façonné ? La peau devient ce qui nous en sépare et nous en protège, tout autant qu’elle nous y abandonne. Sa plasticité – sa fermeté comme sa souplesse – fait écho à une fluidité urbaine. Elle évoque un état toujours changeant, jamais figé, nécessaire pour habiter la ville. La Peau vive présente un ensemble de films réalisés par Frédéric Nauczyciel entre 2012 et 2016, lors de plusieurs voyages à Baltimore, dans l’état du Maryland aux Etats-Unis, et d’une résidence de deux années en Seine-Saint-Denis. L’installation relie ainsi les ghettos noirs d’une des villes nord-américaines les plus ségrégées à la périphérie parisienne à travers les membres des communautés transgenres noires des deux territoires -avec lesquels il collabore depuis plusieurs années- ainsi que des artistes, tels le slameur D’ de Kabal, ou encore le performeur Jean-Luc Verna. En les amenant à filmer eux-mêmes leurs tatouages, leurs scarifications, leur peau, face à la caméra, Frédéric Nauczyciel, tel un répétiteur, les invite à sampler une partie de leur histoire. A travers leur gestuelle, le choix du parcours de leur corps devant la caméra, du cadre ou de la mise au point, ils racontent leur manière d’être à la ville, d’(y) apparaître – c’est à dire leur manière de réinventer sa géographie, de faire de la périphérie le centre. Ces corps en mouvement donnent à voir les variations possibles du masculin au féminin. Ils traduisent une forme d’urbanité où ce qui est populaire contient une élégance et où le ghetto offre un horizon et une flamboyance.

Disséminés dans la chapelle, huit et un neuvième écran – central, de 6 m de large, opérant un ré-échantillonnage de l’ensemble – donnent corps aux corps, aux peaux vives, aux tatouages. Par un traitement ralenti, l’image se meut et déjoue les perceptions, le film devient trompe l’œil baroque – et évoque le perpétuel inachèvement de nos perceptions, de nous-mêmes ou des autres. Chacun des films porte en lui la promesse d’un solo, qui peut être dansé par un autre. Durant l’exposition, des performeurs viendront mettre en mouvement l’installation vidéo par leur présence vive, en ré-interprétant des bribes de film par la danse ou en réalisant en public des séances de filmage en direct. Ce faisant, l’installation propose de construire un espace au sein duquel les visiteurs font l’expérience du corps de l’autre ; un espace qui laisse les corps en transformation libres de toute assignation. L’installation s’ouvre sur Casper Ebony, à Baltimore, qui se filme. L’attention du performeur face à la caméra et à son image transcende tout narcissisme : du regard nait le mouvement. Ailleurs, Kory Blacksjuan Revlon, en filmant les tatouages qu’il a sous les yeux, tourne son regard vers nous. C’est aussi à cette expérience du regard que La Peau vive nous invite.

 

Exposition organisée par le département de la Seine-Saint-Denis et la ville de Saint-Denis avec le soutien du Dicréam (CNC) et du Centquatre, Paris. La Peau Vive a été sélectionné par la commission mécénat de la Fondation nationale des arts graphiques et plastiques, qui lui a apporté son soutien.

 

Avec Baltimore Lisa Revlon, Legendary Father, David Revlon, Dale Blackheart, Kory Blacksjuan Revlon, Sin Toyer, Casper Ebony, Darryl Loudboi, Ismâïl Ibn Conner, James Conley III, Cameron Lavone Deshelids, Justin Mcclary Paris Honeysha Khan, Ari de B, Lionel Abenaqui, D’ de Kabal, Jean-Luc Verna, Benoit Oget, Musique et voix Abdu ali Phoebe Jean D’de Kabal House of HMU, performeurs Vinii Revlon, Diva Ivy Balenciaga, Dale Blackheart, Honeysha Khan, Ari de B, Julie Burton, assistante Équipe technique Eponine Momanceau et Daniela Mileykovsky, cheffes opérateur, Fanny Weinzaepflen, mixeuse son, Xavier Sirven, monteur, Jean Coudsi, étalonneur, Alan Purene, régisseur installation vidéo Programmation Nathalie Lafforgue, Marion Debillon, Julien Trésor Presse Valentine Umansky

Enregistrement réalisé dans l'exposition «La Peau Vive» au Musée d'art et d'histoire de Saint-Denis.
Prise de son et montage : Adrien Tripon.
L'entretien est traversé de quelques extraits sonores issus des vidéos qui composent l'installation de Frédéric Nauczyciel

Le Ventre des femmes, Lecture-Rencontre avec Françoise Vergès

[Les Lilas • France]

Rencontre avec Françoise Vergès à l’occasion de la sortie de son dernier livre, Le Ventre des femmes. Capitalisme, racialisation, féminisme (Albin Michel, 2017). Une lecture d’un passage par Olivier Marboeuf, auteur et directeur de Khiasma. En conversation avec Seloua Luste Boulbina, chercheuse associée au Laboratoire de Changement Social et Politique (LCSP – Université Denis Diderot Paris). Elle est notamment l’auteure de L’Afrique et ses Fantômes (2015), Les Arabes peuvent-ils parler? (2011) et Le Singe de Kafka et autres propos sur la colonie (2008).

« Dans les années 1960-1970, l’État français encourage l’avortement et la contraception dans les départements d’outre-mer alors même qu’il les interdit en France métropolitaine. Comment expliquer de telles disparités ? Dès 1945, invoquant la « surpopulation » de ses anciennes colonies, l’État français prône le contrôle des naissances et l’organisation de l’émigration ; une politique qui le conduit à reconfigurer à plusieurs reprises l’espace de la République, provoquant un repli progressif sur l’Hexagone au détriment des outre-mer, où les abus se multiplient. Françoise Vergès s’interroge sur les causes et les conséquences de ces reconfigurations et sur la marginalisation de la question raciale et coloniale par les mouvements féministes actifs en métropole, en particulier le MLF. En s’appuyant sur les notions de genre, de race, de classe dans une ère postcoloniale, l’auteure entend faire la lumière sur l’histoire mutilée de ces femmes d’outre-mer, héritage douloureux d’un système esclavagiste, colonialiste et capitaliste encore largement ignoré aujourd’hui. »

Françoise Vergès est titulaire de la Chaire « Global South(s) » au Collège d’études mondiales, Fondation Maison des Sciences de l’Homme, Paris. Elle est notamment l’auteure d’Entretiens avec Aimé Césaire, Nègre je suis, nègre je resterai (2005), de La Mémoire enchaînée (2006), et de L’Homme prédateur (2011).

Le Ventre des femmes est disponible en vente à l’Espace Khiasma.

Enregistré à l'Espace Khiasma le mercredi 22 mars 2017
Mix : Esther Poryles

[Brest • France]

 

À l’occasion du 14è Festival de la radio et de l’écoute – Longueur d’Ondes, la R22 Tout-Monde était invitée le samedi 04/02/2017 à donner à entendre la pluralité des voix qui l’animent ! Une séance d’écoute qui s’est tenue à Passerelle – Centre d’Art Contemporain, à Brest ; une traversée des sons, des personnalités et des antennes qui nourrissent et font vibrer les ondes et les esprits de la communauté R22, radio des arts et du commun.

 

Liste de lecture

•  Sommeils, Ismaïl Bahri, Antenne Khiasma, 8’35’’ Há Terra, Ana   Vaz, Khiasma, 8’20’’ La très bouleversante confession de l’homme qui a abattu le plus grand fils de pute que la terre ait porté, Emmanuel Adely, David Haddad, Khiasma, 8’   Hymnes, Patrick Fontana, Khiasma, 6’Annonce publique, Sabrina Chou, Antenne Гcole du Magasin, 1’50’’    Le Malaise persiste-t-il ?, Anne-Laure Pigache, École du Magasin, 5’20’’ Tu aimes jouer ?, Antoine Boute, École du Magasin, 2’20’’  Flash info : l’univers, Sabrina Chou, École du Magasin, 1’    La Fin du monde – son corps léger, Patrick Fontana, Khiasma, 3’20’’ La Controverse Marboeuf, Olivier Marboeuf, Khiasma, 11’30’’ L’Éléphant, Mathilde, Tarira et Gabriel avec Sarah Haderbache, Antenne La Maison des FougПres, 1’50’’    Camps de base  cacahuètes,  Jean-Paul  Curnier, La Maison des Fougères, 5’ Scène primitive, Jean-Paul Curnier, Fantazio et Yves Robert, Khiasma, 1’40’’    Le sang, la fortune et la gloire, Jean-Paul Curnier, Khiasma, 6’30’’La Galerie / carte de visite sonore, Violaine Lochu, Antenne La Galerie de Noisy-le-Sec, 6’   Opéra-Archipel, Maxime Cervulle, La Galerie de Noisy-le-Sec, 8’10’’  •  Mantike #1, Violaine Lochu, Le Générateur, 3’20’’    D’autres gestes,  Françoise  Vergès,  Antenne Bétonsalon,  3’30’’  Chantez-vous – MO, Hélène Coeur, Antenne Le Musée Commun, 4’ Alien(s)kin, Jamika Ajalon,  Khiasma, 7’30’’ • Ma Science-fiction, Isabelle Stengers, Khiasma, 12min30   Lo Becat, Lise Barkas et Lisa Käuffert, Antenne Vie, 4’   •

Réalisation : Mathis Berchery et Esther Poryles

[Les Lilas • France]

« Que sont mes amis devenus » est une nouvelle série d’épisodes de l’épopée « L’an 2005 » écrite par Olivier Marboeuf. Une histoire alternative de la banlieue et de ses spectres tirée de sa résidence à la Grande Borne à Grigny. Au fil des années qu’égraine cette performance en forme de séances d’hypnose, une brève histoire des cavernes de Lascaux à Nouméa, les exercices de divination dans des flaques d’essence, le spectre de Marius Trésor et les courses de zombies en mini-moto alternent avec les épisodes de la fin du vingtième siècle de l’année 1983 au seuil de la fameuse année 1995.

Dans le cadre, du festival Relectures 17, de la Nuit Blanche 2016 aux Lilas et de la résidence d’écrivain d’Olivier Marboeuf à la Médiathèque Victor Hugo (Grigny), un programme conduit par le service livre de la Région Île-de-France.

[Les Lilas • France]

De l’échangeur autoroutier à la rue de la Dhuys à Bagnolet, Olivier Marboeuf vous invite à une balade d’observation sur les traces d’histoires perdues et de héros oubliés.

Lecture de bitume et de récits rupestres, traduction de fissures, géologie des chantiers et des montagnes de zoo, divination dans des flaques d’essence… le XXème siècle comme si vous y étiez.

Dans le cadre du festival Relectures 17, organisé à Khiasma du 29 septembre au 8 octobre 2016.

[Les Lilas • France]

 

Patrick Fontana et Nicolas Richard répondent aux questions d’Olivier Marboeuf à propos de l’atelier Lecture(s) de bouche(s) et du projet Hymnes qui en découle.

Depuis huit ans, Patrick Fontana mène un atelier d’expérimentation d’apprentissage du français au sein de l’Atelier Formation de base d’Emmaüs-Solidarité à Paris, ainsi qu’à l’Unité « Arts & thérapie » du Centre Hospitalier Interdépartemental de l’Oise. Cet atelier Lecture(s) de bouche(s) se base sur la découverte et la lecture à haute voix de textes de la poésie et de la littérature contemporaines.

Hymnes, la pièce sonore qu’il a créée cette année avec les stagiaires, est une partition poétique élaborée par Nicolas Richard à partir des hymnes nationaux de chacun des participants de l’atelier. L’auteur a prélevé et indexé sous différentes entrées thématiques les paroles des chants de chaque État pour recomposer un hymne hybride et chimérique. 

 

Le même soir, Patrick Fontana a diffusé la pièce Hymnes, et Nicolas Richard a lu son texte, Hymnes (AF-AMS), une extension d’Hymnes. La création sonore et la lecture sont également en réécoute sur la r22 Tout-Monde.

 

Dans le cadre du festival Relectures 17, organisé à Khiasma du 29 septembre au 8 octobre 2016.

Plantes Résistantes - Atlas Sensible, Episode 1

[Les Lilas • France]

La Bande Est 20e déploie le premier épisode de ses ateliers d’exploration urbaine en compagnie d’Olivier Marboeuf et de l’artiste Younès Rahmoun.

Une déambulation active entre la Maison des Fougères et Khiasma en forme de porte d’entrée vers le travail impactant de Younès Rahmoun, et l’occasion de porter un regard neuf sur la ville, ses brèches et ses failles, à la recherche de tout ce qui germe, monte en graine, éclot, fleurit, pollinise et s’hybride. Au détour d’une rue, au détour d’une forêt, l’horizon s’ouvre à hauteur de chaussures. Ici, on surprend une montagne intégrée en zone urbaine. Là, des graines migrantes. Partout, des êtres qui s’adaptent et résistent. Une captation de promenade parlée comme un voyage immobile à travers la friche, le jardin, les blocs, le pavillon, la jachère et la culture.

L’installation de Younès Rahmoun, «Montagne-Terre-Pierre », est visible jusqu’au 19 décembre à l’Espace Khiasma dans le cadre de l’exposition Les propriétés du sol.

Réalisation : Benoit Baudinat

« L’impénitent », entretien avec Olivier Marboeuf

[Les Lilas • France]
Décrire son outil de travail. Dans cet entretien, réalisé par Simon Quéheillard et Violaine Lochu au mois de juin 2015, Olivier Marboeuf revient sur l’histoire, les enjeux sociaux et politiques de L’Espace Khiasma, depuis sa création en 2004. Quelle réalité sociale recouvre le terme générique de « centre d’art » ? Comment entrer en révolution en se donnant pour outil le cadre institutionnel ? La posture de l’impénitent consiste à nommer le paradoxe d’un milieu social, comme vecteur d’une normalité, qui ne se reconnait pas lui-même. Elle exprime ici les possibilités comme les impasses de la production collective d’un savoir, que rejoue actuellement le retour de la notion « d’éducation populaire ». La mise en oeuvre d’une situation de pensée collective est ensuite abordée sous l’angle de la relation maître-élève, puis de la nécessité de la forme particulière que requiert la parole publique.

[Les Lilas • France]
Olivier Marboeuf installe ici une nouvelle projection de « cinéma à l’intérieur des crânes », véritable séance d’hypnose en direct qui propose de prévoir l’avenir à partir de l’an 2005. Un cinéma sans image, uniquement basé sur l’art du conte. Comme toujours les faits historiques viennent se mêler à des histoires de magies, les figures surgissent de l’ombre au milieu du panthéon national, et bientôt apparaissent à l’intérieur du feu les visages et les fables de l’avenir. Avec cette nouvelle performance, Olivier Marboeuf ouvre la série « épopée » où, renouant avec le genre du récit picaresque, il propose de raconter une histoire épique de la banlieue, de ses grands drames et petites histoires.

 

Dans le cadre de la Nuit Blanche 2015 aux Lilas

Enregistré à l'Espace Khiasma le samedi 3 octobre 2015, dans le cadre du festival Relectures 16.
Mixage : Benoit Baudinat
Une transcription traduite en arabe sera très prochainement disponible sur le site.

[Les Lilas • France]
Dialogue avec l’artiste Simon Quéheillard autour de son ouvrage en cours Une méthode de dispersion.
Distrait est celui qui voit tout. Mais ce tout est une dispersion. Cette dispersion a lieu dans les marges. L’expérience consiste à l’y maintenir en périphérie. Si, comme on le dit, une personne distraite se trouve « absorbée par autre chose », en nous détournant constamment, la distraction comme forme d’attention tend à recréer du vide. De cette manière le vide se construit et réapparaîtra toujours au centre de la perception. Si le vide est central, les marges sont mouvantes, aucun objet jamais ne se cristallise. Une vision à plusieurs contrepoints où toutes choses perçues simultanément coexistent. Se détourner pour maintenir la distance d’où les images ressurgiront.

Enregistré à l’Espace Khiasma le samedi 29 novembre 2014, dans le cadre de l’exposition sommeils de Ismaïl Bahri.

[Les Lilas • France]
La conquête de l’Ouest américain ? « Une grande période de prédation contrariée, puisqu’elle aboutit à une démocratie », selon le philosophe Jean-Paul Curnier. Période, dont le western — « équivalant de ce que l’Iliade et l’Odyssée sont pour l’Antiquité » — porte la trace et forme le grand récit : celui de la naissance d’une nation (qui est par ailleurs le titre du premier long métrage de l’histoire du cinéma…). En organisant donc, dans le cadre de sa résidence d’écriture, une projection de Pat Garett et Billy the kid à l’Espace Khiasma, Jean-Paul Curnier plaçait ce quatrième rendez-vous public sous le patronage de Bob Dylan, dont la musique habite le film de Sam Peckinpah, et de ces deux grandes figures au travers desquelles certaines des contradictions historiques de la société américaine se sont incarnées. Réalisé spécialement pour la r22 Tout-monde, ce programme radiophonique intercale donc des échanges avec la salle aux extraits d’une conversation entre Jean-Paul Curnier et Christophe Cognet, cinéaste également en résidence à Khiasma avec son projet Miserrimus. Explorant la charge mythique de ce duel à mort entre Pat Garett, voyou devenu shérif, et Billy the kid, son ancien compagnon de route, où joue les derniers soubresauts anarchisants d’une Amérique sans frontière, peut à peut gagnée par l’ordre et la propriété terrienne…

Program directed by Jean-Paul Curnier and Sébastien Zaegel at the Espace Khiasma, as part of the writers' residency program supported by the book service of the Île-de-France region

A transcript translated into English and Arabic will soon be available on the website

[Paris • France]
The performance: an ephemeral art that only exists through the “documentary” traces it leaves behind (photographs, sound or video recordings, results of actions, testimony…) and by its ability to generate stories. The document: one of the concrete vectors of human thought, with an explanatory or descriptive value, or as proof, and needing to be interpreted, put in relation and re-activated. This reciprocal tension—to document the performance/to perform the document — subjects on which the curators Guillaume Désange and Olivier Marboeuf will express themselves, lies at the heart of the new project of the Musée Commun: La Réserve. A living documentary collection and archive, based on the principle of donation, it aims to make accessible work processes and experiments that exist today only through their documentation and accounts of them.

[Les Lilas • France]
In French, the word ‘hôte’ designates both guest and host. Jean-Paul Curnier has decided to play on this double meaning during his residency at the Espace Khiasma. For this event, he has invited Jacques Durand, renowned bull-fighting journalist, to discuss the ethics and aesthetics of bullfighting, a subject Durand minutely explored in the chronicles he published regularly through 2012 in the French newspaper Libération. And so, what might seem to resemble a cambiada—a bull-fighting move destined to deviate the charge of a bull—in the reflection of Jean-Paul Curnier is revealed to be the development of a primary intuition. Behind the mask of the matador defying death with panache and sometimes sacrificing his life to his taste for risk and spectacular actions, Jean-Paul Curnier discerns the neighboring figure of the pirate, whose brief, joyous and violent existence, all in demonstration and excess, was the crucible for forms of political organization based on self-management, equality and the idea of the common good. It is in this unexpected manner that Curnier continues his exploration of the relationships between democracy and predation, borrowing the matador’s sword or the pirate’s cutlass as possible tools for philosophizing with archery !

Program directed by Jean-Paul Curnier and Sébastien Zaegel at the Espace Khiasma, as part of the writers' residency program supported by the book service of the Île-de-France region

A transcript translated into English and Arabic will soon be available on the website

[Les Lilas • France]
The work of Jean-Paul Curnier, in residence at the Espace Khiasma, is nourished by encounters organized as part of public events of diverse natures (conversations, performances, concerts, etc.). Tout bien considéré (All things considered) is a follow-up on the invitation of the PEROU group (Pole for the Exploration of Urban Resources) for two evenings of reflection on the questions raised by the destruction of the Ris-Orangis shantytown and the expulsion of its inhabitants. Present that evening were Sébastien Thiéry, founder of PEROU, militant members of the group and the authors of the group work Considérant qu’il est plausible que de tels évènements puissent à nouveau survenir (Considering that it is plausible that such events occur again), published in March 2014 by post-éditions.

Program directed by Jean-Paul Curnier and Sébastien Zaegel at the Espace Khiasma, as part of the writers' residency program supported by the book service of the Île-de-France region

A transcript translated into English and Arabic will soon be available on the website

The Marboeuf controversy

[Les Lilas • France]
“With Jean-Yves Jouannais, in his absence”, Olivier Marboeuf introduces the principle of a long distance polemic concerning the figure of the greatest writer who never wrote, Félicien Marboeuf, the grandfather the two authors share. After Deuxième Vie, the author returns to the origin of his family name and the capture of his grandfather, revisiting his biography via mental maps inspired by the practices of Barthes. Starting with his patronymic, he discovers new links, be they real or imaginary, which reveal his secret first name and, with it, a new reading of colonial history: where we discover the surprising Pikiki and their mysterious leader “Œ”, and where there will be question of heritage, spoliation and the dance of the dead. A critical operation of identity where the political dimension is approached in an oblique manner, both tragicomic and fantastic.

Recorded at the Espace Khiasma on Friday, September 27, 2013, as part of the Relectures 14 Festival

A transcript translated into English and Arabic will soon be available on the website

[Les Lilas • France]
The work of Jean-Paul Curnier, in residence at the Espace Khiasma, is nourished by encounters organized as part of public events of diverse natures (conversations, performances, concerts, etc.). The first of these monthly rendezvous was dedicated to the interior exploration of predation and what it implies as a form of relation to prey (and to animals), in terms of Curnier’s personal experience of bow hunting. Archéologos, a radio program created using materials collected during this event, transposes and reproduces this stage of research in a form different to the (traditional) philosophical essay.

Program directed by Jean-Paul Curnier and Sébastien Zaegel at the Espace Khiasma, as part of the writers' residency program supported by the book service of the Île-de-France region

A transcript translated into English and Arabic will soon be available on the website