▼ Mois
▼ Auteur-s
▼ Programme
▼ Catégorie
 

[Tout-monde]

 

Le marathon : plaisir ou souffrance ?

Éric oscille de l’un à l’autre, au fil des aléas de la vie. Il questionne ces défis physiques que l’on impose à soi-même, et le « travail mental » qui en découle.

 

 

Un entretien d’Emmanuelle Tornero et Emilie Mousset
pour le cinquième numéro de la revue Jef Klak – Course à pied (en librairie le 27 septembre 2018)

[Bouïane • France]

 

Personne n’est sûr de rien. Mais beaucoup y croient. Un lieu aussi attirant qu’inatteignable. Un mirage, peut-être. Une île légendaire, c’est certain. À vous de suivre le parcours. Et qui sait, peut-être, atteindrez-vous Bouïane !

Document sonore de Maïa Berling, Noé Berling et Céline Martin Sisteron
pour le premier numéro de la revue Jef Klak – Marabout (toujours disponible en librairie)

[Tout-monde]

 

Extraits entretien avec Georges Courtois, malfaiteur professionnel,  

 

Bandit lyrique et malicieux, Georges Courtois a passé la moitié de sa vie en prison. Dans l’« Autoportrait en cagoule » qu’on pourra lire dans le numéro Bout d’ficelle de Jef Klak, il raconte sa vie, ses braquages, ses lettres d’insultes aux magistrats et son grand jour : lorsque le 19 décembre 1985, il a pris en otage la cour d’assises du tribunal de Nantes avec Karim Khalki et Patrick Thiolet. Le tout pendant 34 heures et devant les caméras de FR3. Dans ce court montage, il nous fait part de quelques-unes de ses aventures, avec pour fil conducteur le tissu…

Réalisé par Clémence Durand et Ferdinand Cazalis pour le deuxième numéro de la revue Jef Klak – Bout d'ficelle (toujours disponible en librairie).
Montage : Céline Laurens

Potager Liberté : Capsule N°1 

[Les Lilas • France]

 

Portait de l’association Potager Liberté et de ses membres, à travers des extraits sonores issus de réunions du collectif et de présentations publiques.

 

Dans le cadre de l’exposition « Ici & Ailleurs » du 10 au 30 juin 2018 à l’espace Khiasma, le Potager Liberté présente deux pièces sonores par Juan Guillermo Dumay, artiste sonore (memodumay.tumblr.com) et membre du collectif qui ouvrent ici la collaboration du Potager Liberté avec la radio r22 Tout Monde. Voici la première pièce. 

 

 

Réalisation : Juan Guillermo Dumay

[Querétaro • Mexique]

 

quand, à bord du cargo container le Von Humboldt, Roger, messman philippin, évoque (un peu) sa vie en warai warai, sa langue, qu’il parle en famille et avec ses amis — ailleurs, il parle tagalog, la langue véhiculaire des Philippines ; un mois après, à l’Universitas Gadjah Mada, une étudiante se souvient un peu de son samawa… et quelques mois plus tard, à Querétaro (Mexique), Gloria parle en zapothèque et chante une berceuse, que reprend sa fille. 

ces fragments sont collectés depuis juillet 2017 dans le cadre du projet « glossolalie/unventer », inventaire-invention d’un chemin d’une langue à l’autre. tour du monde des langues mené par fréderic dumond au cours d’une traversée d’un mois en cargo, à partir du Havre vers Port Klang, en Malaisie, et de temps de présence à Jogyakarta et Jakarta (Indonésie), sur la côte du Coromandel, le long du golfe du Bengale, à Madras et Pondicherry (Inde), à Ha Noi et dans les montagnes du nord Vietnam à la frontière chinoise — dans le sud de l’Australie, à Melbourne — en Nouvelle-Calédonie sur la Grande Terre (à Nouméa) et à Port-Vila, sur l’île d’Efaté au Vanuatu — à Valparaiso et sur l’île de Pâques, à Querétaro (au Mexique), enfin sur l’île de Malte.

Enregistrements réalisés par Frédéric Dumond en 2017/2018.

[Philippines]

 

quand, à bord du cargo container le Von Humboldt, Roger, messman philippin, évoque (un peu) sa vie en warai warai, sa langue, qu’il parle en famille et avec ses amis — ailleurs, il parle tagalog, la langue véhiculaire des Philippines ; un mois après, à l’Universitas Gadjah Mada, une étudiante se souvient un peu de son samawa… et quelques mois plus tard, à Querétaro (Mexique), Gloria parle en zapothèque et chante une berceuse, que reprend sa fille. 

ces fragments sont collectés depuis juillet 2017 dans le cadre du projet « glossolalie/unventer », inventaire-invention d’un chemin d’une langue à l’autre. tour du monde des langues mené par fréderic dumond au cours d’une traversée d’un mois en cargo, à partir du Havre vers Port Klang, en Malaisie, et de temps de présence à Jogyakarta et Jakarta (Indonésie), sur la côte du Coromandel, le long du golfe du Bengale, à Madras et Pondicherry (Inde), à Ha Noi et dans les montagnes du nord Vietnam à la frontière chinoise — dans le sud de l’Australie, à Melbourne — en Nouvelle-Calédonie sur la Grande Terre (à Nouméa) et à Port-Vila, sur l’île d’Efaté au Vanuatu — à Valparaiso et sur l’île de Pâques, à Querétaro (au Mexique), enfin sur l’île de Malte.

Enregistrements réalisés par Frédéric Dumond en 2017/2018.

[Yogyakarta • indonésie]

 

quand, à bord du cargo container le Von Humboldt, Roger, messman philippin, évoque (un peu) sa vie en warai warai, sa langue, qu’il parle en famille et avec ses amis — ailleurs, il parle tagalog, la langue véhiculaire des Philippines ; un mois après, à l’Universitas Gadjah Mada, une étudiante se souvient un peu de son samawa… et quelques mois plus tard, à Querétaro (Mexique), Gloria parle en zapothèque et chante une berceuse, que reprend sa fille. 

ces fragments sont collectés depuis juillet 2017 dans le cadre du projet « glossolalie/unventer », inventaire-invention d’un chemin d’une langue à l’autre. tour du monde des langues mené par fréderic dumond au cours d’une traversée d’un mois en cargo, à partir du Havre vers Port Klang, en Malaisie, et de temps de présence à Jogyakarta et Jakarta (Indonésie), sur la côte du Coromandel, le long du golfe du Bengale, à Madras et Pondicherry (Inde), à Ha Noi et dans les montagnes du nord Vietnam à la frontière chinoise — dans le sud de l’Australie, à Melbourne — en Nouvelle-Calédonie sur la Grande Terre (à Nouméa) et à Port-Vila, sur l’île d’Efaté au Vanuatu — à Valparaiso et sur l’île de Pâques, à Querétaro (au Mexique), enfin sur l’île de Malte.

Enregistrements réalisés par Frédéric Dumond en 2017/2018.

[Les Lilas • France]

 

Quoi de mieux que les voyages dans la langue française du collectif Rester. Etranger. entre chansons inachevées et tutoriel pour voyageurs venus d’ailleurs comme ouverture pour le festival Relectures. Archipels de papier, journal de bord sans boussole et histoires plein les bouches s’installent pour une soirée à Khiasma. Viens. Venez !

 

Avec (ou sans) Barbara Manzetti, Hassan Abdallah, Hussein Abdallah, Abdelaziz Abdulkarim, Barbara Coffy, Audrey Gaisan Doncel, Omar Harouone Aboubakr, Hélène Iratchet, Abdellah Ismail, Michel Maurice Lode, Héloïse Pierre-Emmanuel, Masri Omar, Baris Yarsel, Chloé Schmidt, Bartolomeo Terrade, Eric Yvelin, et leurs invités. 

 

 

Il se trame entre nous une espèce de famille. Soudaine et irrégulière elle habite toutes les fractures ostensibles. Elle s’organise dans les transitions. Elle est transition. Elle est relais. Elle est mère. Elle est fils. Elle est Bonjour les amis. Elle résilie les chimères des identités assignées. Elle est pays. Rester. Étranger. Trouver dans la forme d’un livre l’hospitalité absolue dans la langue.

 

 

Venez. VENEZ                                                                                                                                                                 Restez. Étrangers                                                                                                                                                           Art. Viens.                                                                                                                                                                       Art. Va                                                                                                                                                                                 Au plus près.                                                                                                                                                                            Au loin.                                                                                                                                                                               Artiste. Viens

Enregistrement réalisé le 5 octobre 2017 à l'espace Khiasma dans le cadre de la 18ème édition du festival Relectures. Montage et mixage réalisé par Esther Poryles.

Le jour de la nuit

[Strasbourg • France]
Le jour de la nuit est un documentaire rassurant et inquiétant sur certains phénomènes célestes impliquant de complexes et lents déplacements d’astres sur leurs massives écliptiques, mais surtout sur leurs façons tout à fait troublantes de nous toucher et de laisser leur forme dans notre mémoire.

La pièce a été écrite est composée par Pauline Lecerf.
Augustin Soulard s'est occupé du mastering.

[Grenoble • France]
Sur Terre et dans les airs is a documentary by Betty Biedermann about the practice of helping others create and install alternative FM radios. To what end do the artists and activists interviewed encourage the creation of transmitters and radio stations? Whereas it is in DIY workshops of transmitters or the installation of stations from A to Z, radio inspires and catalyzes exchanges. Encounter with Sarah Wasington and Knut Aufermann of Mobile Radio collective (Germany), Tetsuo Kogawa (Japan), Thomas Leyland-Collins (Scotland), and Anita Pouchard-Serra of the DTL! Comunicación Popular collective (Argentina).

 

Produced by Betty Biedermann, with the participation of Chloé Sitzia.

Fragments From 6 Conversations on 5 Person Bufet

[Grenoble • France]
Fragments from 6 Conversations on 5 Person Bufet
is an audio document exploring the creative process behind 5 Person Bufet and layers of translation from sound to language to music with Deniz Gul’s answers in conversation with Asli Seven, edited together with fragments of conversations between Deniz Gul and her 5 musical collaborators: Katharine Young, Audrey Chen, Owen Davis, Carol Genetti and Frank Rosaly.

Fragments from 6 conversations on 5 Person Bufet is produced and edited by Asli Seven for Take You There Radio as part of a documentary series on the relationship between sound and language and artistic practices exploring this relationship.

[Avignon • France] 
Atelier Refaire le Monde du 13 janvier 2015, CASA HAS, Avignon.

Texte-manifeste de l’Atelier Refaire le Monde :

« Le précurseur est celui dont on ne sait qu’après qu’il venait avant. »

Georges Canguilhem, cité par Edgar Morin, La Complexité humaine, Flammarion, 1994

Entendu que nous allons droit dans le mur si nous ne changeons pas la conduite et si nous n’ôtons pas le mur,
entendu que le monde n’a pas vocation à rester tel qu’il est, ni a fortiori, à s’encriser davantage,
entendu que nous avons des comptes à rendre à l’intraitable beauté du monde,
entendu que nous devons avoir le courage d’être jusqu’au bout la poésie qui nous concerne,
entendu que beaucoup de choses ne s’entendent pas, a fortiori si on ne se les dit pas,
Nous, atelier « refaire le monde », avons décidé d’écrire la constitution de ce qui nous constitue,
nous, atelier « refaire le monde », avons décidé d’entrer dans la clandestinité de nos rêves et de nos utopies,
nous, atelier « refaire le monde », avons décidé de prêter serment à ce qui vient et ne peut manquer,
nous, atelier « refaire le monde », avons décidé de former un gouvernement provisoire en exil des idées reçues, des évidences, des expertises, des probabilités, des statistiques et des indices de croissance,
nous, atelier « refaire le monde », avons décidé de refaire le monde.
Nomades de la langue et des gestes, sans papiers ni feuilles de route, nous irons là où le vent nous mène, 
anonymes du tout-monde, travailleurs d’humanités, artisans de la communauté inavouable, nous réveillerons d’anciens soubassements et ferons hospitalité aux idées neuves,
réfugiés de la dictature économiques, nous réhabiliterons la dépense et le ruissellement électrique,
déçus de la déception, exclus de l’inclusion, nous dirons la relation plutôt que les liens,
clandestins de la politique, nous ferons res publica, table d’hôte, arbre à palabres, atelier d’écritures, forge d’expériences, antichambre d’horizons, et d’autres choses qu’on ne sait pas encore.

Mettre la promesse en acte. Commencer à continuer, et vice versa. Y croire, juste y croire. Pour que l’existence soit autre chose que la remise à plus tard de l’existence. Refaire le monde, un chantier d’utopie(s), un « work in progress ».

L’art n’est rien si nous n’en faisons pas tout, et pas seulement.

Coopérative. Hospitalité. Ecoute. Tchatche. Respiration.

Ce n’est qu’un début, mais il y a longtemps que ça a commencé.

Jean-Marc Adolphe, pour l’atelier « Refaire le monde »,

Paris, 5 janvier 2015

Extrait enregistré lors de l'Atelier Refaire le Monde du 13 janvier à Avignon

Une transcription traduite en anglais et en arabe sera très prochainement disponible sur le site

[Paris • France] 
Atelier Refaire le Monde du 5 janvier 2015.

Texte-manifeste de l’Atelier Refaire le Monde :

 

« Le précurseur est celui dont on ne sait qu’après qu’il venait avant. » Georges Canguilhem, cité par Edgar Morin, La Complexité humaine, Flammarion, 1994

 

Entendu que nous allons droit dans le mur si nous ne changeons pas la conduite et si nous n’ôtons pas le mur,
entendu que le monde n’a pas vocation à rester tel qu’il est, ni a fortiori, à s’encriser davantage,
entendu que nous avons des comptes à rendre à l’intraitable beauté du monde,
entendu que nous devons avoir le courage d’être jusqu’au bout la poésie qui nous concerne,
entendu que beaucoup de choses ne s’entendent pas, a fortiori si on ne se les dit pas,
Nous, atelier « refaire le monde », avons décidé d’écrire la constitution de ce qui nous constitue,
nous, atelier « refaire le monde », avons décidé d’entrer dans la clandestinité de nos rêves et de nos utopies,
nous, atelier « refaire le monde », avons décidé de prêter serment à ce qui vient et ne peut manquer,
nous, atelier « refaire le monde », avons décidé de former un gouvernement provisoire en exil des idées reçues, des évidences, des expertises, des probabilités, des statistiques et des indices de croissance,
nous, atelier « refaire le monde », avons décidé de refaire le monde.
Nomades de la langue et des gestes, sans papiers ni feuilles de route, nous irons là où le vent nous mène, 
anonymes du tout-monde, travailleurs d’humanités, artisans de la communauté inavouable, nous réveillerons d’anciens soubassements et ferons hospitalité aux idées neuves,
réfugiés de la dictature économiques, nous réhabiliterons la dépense et le ruissellement électrique,
déçus de la déception, exclus de l’inclusion, nous dirons la relation plutôt que les liens,
clandestins de la politique, nous ferons res publica, table d’hôte, arbre à palabres, atelier d’écritures, forge d’expériences, antichambre d’horizons, et d’autres choses qu’on ne sait pas encore.

Mettre la promesse en acte. Commencer à continuer, et vice versa. Y croire, juste y croire. Pour que l’existence soit autre chose que la remise à plus tard de l’existence. Refaire le monde, un chantier d’utopie(s), un « work in progress ». L’art n’est rien si nous n’en faisons pas tout, et pas seulement. Coopérative. Hospitalité. Ecoute. Tchatche. Respiration. Ce n’est qu’un début, mais il y a longtemps que ça a commencé.

Jean-Marc Adolphe, pour l’atelier « Refaire le monde »,
Paris, 5 janvier 2015

Extrait enregistré lors de l'Atelier Refaire le Monde du 5 janvier à Paris

Une transcription traduite en anglais et en arabe sera très prochainement disponible sur le site

[Paris • France]

 

C’est quoi cet endroit ? Rencontre avec Valérie, l’une des personnes à l’origine du jardin partagé «Le Soulier des Fougères», aujourd’hui rebaptisé jardin «Frida Kahlo».

 

Pendant plusieurs mois, l’artiste Hélène Cœur a exploré le quartier des Fougères (Paris 20e) et rencontré ses habitants. À partir de sa pratique du son, elle leur a lancé une invitation : celle de prendre le temps ensemble d’évoquer le temps. Petites histoires ou grande Histoire du quartier, réelles ou fantasmées, événements actuels ou projections dans le futur, chacun a été libre d’évoquer le quartier à sa manière.

Réalisé par Hélène Cœur à La Maison des Fougères, dans le cadre du projet La Fougère à l’écoute du temps. Production : Espace Khiasma

[Paris • France]

 

Présentation polyphonique du square Emmanuel Fleury, proche de la Porte de Bagnolet. La parole aux jeunes.

 

Pendant plusieurs mois, l’artiste Hélène Cœur a exploré le quartier des Fougères (Paris 20e) et rencontré ses habitants. À partir de sa pratique du son, elle leur a lancé une invitation : celle de prendre le temps ensemble d’évoquer le temps. Petites histoires ou grande Histoire du quartier, réelles ou fantasmées, événements actuels ou projections dans le futur, chacun a été libre d’évoquer le quartier à sa manière.

Réalisé par Hélène Cœur à La Maison des Fougères, dans le cadre du projet La Fougère à l’écoute du temps. Production : Espace Khiasma

[Paris • France]

 

« Là, comme vous pouvez voir, il y a des jeunes, qui sont vraiment sympas ! » 

« Là, comme vous pouvez voir, il y a un frigo avec des roues accroché à quatre barres en bois »

 

Pendant plusieurs mois, l’artiste Hélène Cœur a exploré le quartier des Fougères (Paris 20e) et rencontré ses habitants. À partir de sa pratique du son, elle leur a lancé une invitation : celle de prendre le temps ensemble d’évoquer le temps. Petites histoires ou grande Histoire du quartier, réelles ou fantasmées, événements actuels ou projections dans le futur, chacun a été libre d’évoquer le quartier à sa manière.

Réalisé par Hélène Cœur à La Maison des Fougères, dans le cadre du projet La Fougère à l’écoute du temps. Production : Espace Khiasma

[Paris • France]

 

Cette promenade va vous emmener de la rue Noisy-le-Sec à la campagne à Paris. Embarquement immédiat ! 

 

Pendant plusieurs mois, l’artiste Hélène Cœur a exploré le quartier des Fougères (Paris 20e) et rencontré ses habitants. À partir de sa pratique du son, elle leur a lancé une invitation : celle de prendre le temps ensemble d’évoquer le temps. Petites histoires ou grande Histoire du quartier, réelles ou fantasmées, événements actuels ou projections dans le futur, chacun a été libre d’évoquer le quartier à sa manière.

Réalisé par Hélène Cœur à La Maison des Fougères, dans le cadre du projet La Fougère à l’écoute du temps. Production : Espace Khiasma

[Paris • France]

 

Échos, voix et témoins des Fougères.

 

Pendant plusieurs mois, l’artiste Hélène Cœur a exploré le quartier des Fougères (Paris 20e) et rencontré ses habitants. À partir de sa pratique du son, elle leur a lancé une invitation : celle de prendre le temps ensemble d’évoquer le temps. Petites histoires ou grande Histoire du quartier, réelles ou fantasmées, événements actuels ou projections dans le futur, chacun a été libre d’évoquer le quartier à sa manière.

Réalisé par Hélène Cœur à La Maison des Fougères, dans le cadre du projet La Fougère à l’écoute du temps. Production : Espace Khiasma

[Paris • France]

 

«Je suis une fille du quartier, j’ai bientôt 17 ans et j’ai grandi ici.»

Témoins des Fougères, regards situés et perspectives juvéniles. 

Réalisé par Hélène Cœur à La Maison des Fougères, dans le cadre du projet La Fougère à l’écoute du temps. Production : Espace Khiasma

[Paris • France]

 

Un petit coin de Paradis, calme et paisible. Qui aurait cru que ce parc se situe au dessus du boulevard périphérique !

Réalisé par Hélène Cœur à La Maison des Fougères, dans le cadre du projet La Fougère à l’écoute du temps. Production : Espace Khiasma

[Paris • France]
Talk about the role of the public school in the rue Léon Frapié, or: the good (political) use of toponymy!

[Created by Hélène Cœur at La Maison des Fougères, as part of the project La Fougère listens to time, an Espace Khiasma production

A transcript translated into English and Arabic will soon be available on the website

The Fougères neighborhood is “a very simple world, but that’s me who sees it in my own way”. A world where the sound of the peripheral highway becomes as unnoticed as the sound of the sea, and can even serve as barometer, where the quotidian is transformed into anecdotes, where “I can provoke the life of a dead tree”, “because I have extracted the quintessence of each thing, you gave me your mud and I made of it gold” (Charles Baudelaire).

Created by Hélène Cœur at La Maison des Fougères, as part of the project La Fougère listens to time, an Espace Khiasma production

A transcript translated into English and Arabic will soon be available on the website

The route is clear

[Montreuil • France]
On the A186 highway, which residents have transformed into a pedestrian route, the eco-festival “The route is clear” unites for a day Upper and Lower Montreuil and assembles all those the city counts as artists and social actors. The members of the group Quartier Général attended with their recorders and a joyous hullabaloo emerges from the recording of singular words…

Created by the Le QG of le 116, on the occasion of the festival “La Voie est Libre” (“The route is clear”), on September 21, 2013 in Montreuil.

[Paris • France]
“Country life irrupts into the city, a goat enters an apartment, on the ground floor of a city housing building in the rue le Vau, we count the falling stars on summer nights and rethink the world in the small hours of the morning, after the ball, in the Zone.” (Hélène Cœur)

Created by Hélène Cœur at La Maison des Fougères, as part of the project La Fougère listens to time, an Espace Khiasma production

A transcript translated into English and Arabic will soon be available on the website

[Paris • France] 
“I was struck by what this “Zone” transmits in terms of imagination and legend: interloper, rural, made of bric-a-brac, at the limit of… on the border… no man’s land.” (Hélène Cœur)

Created by Hélène Cœur at La Maison des Fougères, as part of the project Les Fougères listens to time, an Espace Khiasma Production

A transcript translated into English and Arabic will soon be available on the website